Serins à la broche

Magister se promenait un jour dans les rues d'Amiens. Il cherchait une occasion nouvelle de mystifier l'un de ces bons amiénois dont il avait tant de plaisir à se payer la tête.
Pénétrant dans un hôtel d'assez belle apparence, il héla tapageusement le patron, qui surveillait les apprêts de la table dans la salle à manger. Il était alors onze heures du matin.

  • Que voulez-vous ? demanda l'hôtelier, qui s'était rendu à l'appel de Magister.
  • Je voudrais manger du serin à mon déjeuner. je relève de maladie et j'ai l'estomac très délicat.

Quoique stupéfié, le maître de l'hôtel promit pourtant de donner satisfaction à ce singulier gastronome.

  • Revenez à midi précis, dit-il, vous serez servi selon votre goût.

Lorsque cet original client eut tourné les talons, ce fut un grand branle-bas général dans l'hôtel. Les domestiques furent lancés dans toutes les directions pour trouver au meilleur compte possible, ches les oiseleurs, une douzaine de canaris bien en chair.
Une demi-heure plus tard, les plumes volaient dans l'arrière cuisine de l'hôtel. Vivement, le chef disposa une brochette d'argent, et ce moderne Vatel fit rôtir les volatiles avec soin sur un feu doux.
A midi sonnant, Magister faisait une entrée solennelle dans la salle à manger, où se trouvait un grand nombre de clients.
On reçut le serinophage avec tous les égards dus à sa rare fantaisie ; il fut installé avec toutes sortes d'attentions à une table spéciale.
Magister venait de se placer la serviette au cou lorsque le garçon, un plat d'argent au poing, s'avança à pas comptés et déposa, non sans orgueil, le plat de choix demandé par le distingué client.

  • Garçon, dit Magister, je vous remercie infiniment de vos soins intelligents. Ce plat de serins, fit-il en appuyant sur ce mot pour attirer l'attention générale, est magnifique et me paraît succulent…

Et après une pause, il dit à mi-voix et le plus sérieusement du monde :

  • Veuillez m'en servir pour dix sous.

Ahuri, - on pourrait l'être à moins, - le garçon courut avertir le patron. Mais, lorsqu'ils rentrèrent ensemble dans la salle à manger, Magister avait disparu.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 15/05/2015