Les Anciens documents

Cette catégorie est composée des documents suivants : 

  • Prieuré de Flixecourt
  • Bulle d'Eugène III
  • Couvent St Lucien de Beauvais
  • Bulle d'Alexandre III
  • Aléaume de Ruémont
  • Thibaut d'Heilly
  • St Lucien de Beauvais
  • Prieuré de Lihons
  • Regnaut d'Amiens
  • Pape Nicolas IV
  • Charte de Guillaume de Mâcon
  • Jean de Nouvion
  • Prieur de Flixecourt
  • Transfert de l'Eglise et du Presbytère
  • Jean de Pomério
  • Pierre de Pernois
  • Philippe Le Bel
  • Descriptif des biens
  • Sentance de Jacques d'EmbrimeuAccord avec Jeanne Mailly , abbesse de Berteaucourt

Prieuré de Flixecourt

Le Prieuré de Flixecourt parait avoir possédé autrefois moitié de l'autel de Pernois qui lui aurait été donné par le titre de 1150
La maison de Pernois est parvenue à l'Evêque Robert (1165-1169) des mains de son fondateur.

Bulle d'Eugène III

Le 2 des ides de mars (14 mars) 1152 an XI de son Pontificat, Bulle d'Eugène III à Evrard, Prieur de St Martin de Pernois et à ses frères, qui prend sous sa protection leur église et leur confirmant leurs biens :
"... just quod hebetis m altari de Vinacourt, altare Sancti Audoeni, altare Sancte Marie de Viccaria in territorio de Dumaart, tertiam partem décime de Finviler, nemus et territorium de Ranecurte, preter quartam partem, apud Dumaart medietatem cujusdam culture et quartam partem alterius meditatis, et molandinum de Arundel. Sane novolium vestrorum, quou propriis manibus aut sumptibus colitis, sive de nutrimentis vestrorum animilium, nullus a vibis decimas preesumat exigere."

Couvent de St Lucien

D'après M. Garnier (SAP) Pernois aurait été donné en 1282 par l'Abbaye de St Lucien de Beauvais à l'Evêque, en échange de la terre et seigneurie de Pissy, mais il nous semble que cette possession est bien antérieure, car dès l'année 1175, l'Abbé et le couvent de St Lucien abandonnait à l'Evêque toute dîmes et autres choses leur appartenant à Pernois, à la réserve de 3 livres l6 sols pour la grosse dîme.
"... quos ab antique fratres Beati Luciani, nomme pensionis, singulis annis prominuta decima et redditu altaris ipsius ecclesie recipere consueverant, ipsis de cetera annuatium in festo beati Dyonisii ipse videlicet et successores ejus episcopi persolvent...
Actum est hoc Ambiants, anno incart Verbi MºCºLXXºVº et deiceps in capitula Beati Luciani recignitum et ab omnibus boan fide concessum, et in capitula Ambianensi, similiter et de citroque capitula testes subscriptisunt; Warinus, Ingeiranum archdiaconus, Symon de Mondisderio, magister Laurentius, Baldinus de Pas, Grardus de Beelois, Johannes de Pinchonio, Belvaco, Walerannus, Wakerus, Gaufredu, Henricus, Bartholomus, Oilardus, Hugo de Soreno..."

Abbaye St Lucien de Beauvais

Comme la plupart des monastères, l’abbaye de Saint-Lucien étendait sa juridiction sur un certain nombre de prieurés qu’elle avait fondés ou qui avaient été mis sous sa dépendance, et sur r plusieurs églises paroissiales ou chapelles dont elle nommait les curés ou chapelains. Si Les prieurés qu’elle eût sous sa juridiction furent :

  • 1° Le prieuré de Saint-Martin d’Auchy-lès-Aumale, fondé et donné à l’abbaye de Saint-Lucien par Etienne, comte d’Aumale, en 1096, et érigé en abbaye par Guillaume d’Aumale, fils d’Etienne, en 1130.ect…
  • 5°Le prieuré de Flixecourt au diocèse d’Amiens, fondé vers 1150 et donné à l'abbaye par Rabellus et Amelius, avec l’assentiment d’Adélelme de Flixecourt. Cet établissement, dédié sous le vocable de saint Léger, jouissait d’un revenu assez considérable; une déclaration de 1727 l’évalue à 2,115 livres. Il possédait à Flixecourt 95 journaux de terre, 54 journaux de bois et de nombreuses dîmes aux environs. Le prieur nommait aux cures de Flixecourt, de Flesselles et d’Havernas. En 1611; l’abbaye céda ce prieuré au collège des Jésuites d’Amiens, à la condition que les PP. Jésuites fourniraient, auprès de leur collège, une chambre portant le nom de Saint-Lucien, pour servir d’habitation à un ou deux religieux de ce monastère, et qu’ils les instruiraient et les nourriraient gratuitement. Le pape Paul V approuva cette cession par bulle du 15 juillet 1611
  • 6° Le prieuré de Saint-Martin de Pernois, au diocèse d’Amiens, fondé au commencement du XIIème siècle, et cédé par l’abbaye à l’évêché d'Amiens vers 1175 .

Jean III Le Boullensien (1293-1297)

Le successeur de Guillaume, Jean Le Boullensien, a laissé peu de traces de son passage dans l'histoire de son monastère. On a de lui le serment de fidélité et d’obéissance qu’il prêta à Thibault de Nanteuil, évêque de Beauvais,' aussitôt après sa promotion à l’abbatiat. Trois actes seulement nous sont parvenus comme ayant été passés sous son administration l’un est une acquisition d’une vigne à " Rosoy", vendue par Jean d’Hondainville, en I295; le second, de la même année, est un échange par lequel Jean cède à l’évêque d’Amiens la dîme et 60 sols de rente à Pernois, contre la seigneurie de la terre de Pissy; enfin, le troisième, de l’an 1297, est une donation faite à l’abbaye d’une vigne à Margny, près Compiègne.

Bulle d'Alexandre III

Une Bulle d'Alexandre III à Thibaut d'Heilly, Evêque d'Amiens, du 8 des Calendes de juin (vers 1180) qui confirmait à l'Evêque la possession de la maison de Pernois, que Robert, son prédécesseur, tenait du fondateur.
"... locum de Pirreneo cum pertinentiis suis, quemadmomum m presentiarum pacifice possides et bone memorie Robert, predeceseue tuus, de manu fundatoris eudum locum noscitur rationabiliter recepisse..."

Aléaume de Ruémont

Le 1er ou le 7 des ides de mai (9 mai) 1191 Aléaume de Ruémont vendait, la 8ème partie des territoires et de tous ses autres droits sur Pernois, à Thibaut d'Heilly, Evêque d'Amiens.

"... nos et Alemum de Ruémont ita convenisse quod quecumque ad sejure hereditario pertinere dicebat apud Peernois, scilicet quator gallinas et quator denarius et quator panes de paribus, et duos sextarios avene, et duos dimidios curtillos, sicut itur ad aquam, etoctavam partem territorii de Peernois optinebimus et percipiemus nos et successores nostri, pro quindecim solidis manette Pontivensis singulis annis m festo sancti Remigii persolvendis predicto Aleimo de Abbatisvilla. et Bodino, et magistro Nicholao, canonicis Ambianensibus, Radolfo Sancti Remigii et Radulfo Sancti Sulpicii presbiteris, Radulfo Cincturer clerico..."

Thibaut d'Heilly

Une Charte de Thibaut d'Heilly, Evêque d'Amiens, de 1193, qui contient la donation faîte par Frodo de Gentelle à l'Église de Pernois de tous les fruits et revenus qu'il possédait auprès de Fienvillers, après le décès de son fils Pierre...
"... quod cum Frodo Gentello, quodam asserens possessiones ecclesie de Peernois ad se pertinere eam littibus et injuriis multis vexaretur, demum ad se reliens, remisit universum jusquod m illis se habere dicebat, verum ecclesia illa, intuitu pacis, et ad firmandum inter cos pacis et concordie fedus, concessit de assensu nostro Perro, clerico, filio ejus, fructus décime que cilligitur apus Fienviler que ad eandam ecclesiam spectat percipien dos, frutus autem illi vos obitum ejus, vel ad si ad religionem transierit, vel si a nobis aliud eqquivalens beneficium ei collatum fuerit, revertentum libere et sine centradietione ad eandem ecclesiam. Et licet hoc in nostra presentia jam muftis annorum elapsis cirriculltis, fuent approbatum et factum ne contra hoc, posset posteritas mallignari, predictus Petrus hoc in multorum presentia recognovit... Hujus rei testes sunt magister Nicholaus, Robertus de Cella, Manasserus, canonici Ambianenses, Garemus decanus Sancti Wulfranni de Abbatisvilla, Rogerus presbiter, Clarus clericus..."

Saint-Laurent-au-Bois

L'Eglise paroissiale était à l'origine, dans l'intérieur du manoir épiscopal Elle était desservie par quatre chanoines qu'avait institué l'Evêque Thibaut d'Heilly et qu 'il avait tirés de l'Eglise de St Laurent au Bois. Il leur avait assigné, à titre de bénéfice, certains biens, en stipulant qu 'ils lui reviendraient si cette institution viendrait à périr, le tout par un titre sous forme de chirographe en l'année 1200.
" cum ecclesia de Peernois pridem defraudata esset divino servito - y établissant - de indulgentia summi pontificus, de consilio vin venerabilis Pétri, Dei gratta Sancte Maria m Via lata diaconi cardinalis, tuns Apostolice sedis legatis, communicato etiam nobiscum nostre matris Ambienensis ecclesie concilio, necnon et aliorum multorum - quatre religieux de St Laurent au Bois, pour la desservir, et en les dotant - actum est hoc astantibus et aprodantibus viris venerabilibus , tuns Ambianensis ecclesie decano, Th archirddiacono, Th preposito, E cantore, E capellano, Bodino, canonicis Ambianensibus astaantibus etiam W tuns priore Sancti Laurentii de de Nemore, Stephane cappellano magistro Johanne de Augo, Clara clerico, de canonis Laurentii...

St Laurent-au-Bois

 

Sanctus Laurentius in Nemore... — Cne Ribemont, cant. Corbie.
Petite communauté érémitique fondée entre 1104 et 1115 pour quelques clercs et convers sous la règle augustinienne. Sa nouvelle filiale de Saint-Nicolas de Regny fut confiée en 1132 à Hugues de Fouilloy qui devint prieur de Saint-Laurent en 1153.
Malgré le don épiscopal d'une troisième maison à Pernois en 1152, la petite congrégation ne put maintenir son existence et les deux plus anciens établissements passèrent aux Clunisiens de Lihons, puis à Corbie au XIIIe siècle.
N.B. — Confusions avec d'autres Saint-Laurent au Bois , surtout en Belgique (Flandre-Orientale) ou
dans la commune de Ver (dép. Oise).

Prieuré de Lihons

En 1205, lorsque les églises de St Laurent au Bois et de Regny passèrent au Prieuré de Lihons, l'Evêque retint en ses mains la maison et les religieux.

"... quod cum sancti Laurentii in Nemore et Sancti Nicholaii de Regniaco ecclesie provisorum incuria et inhabilatorium suorum incuria et inhabilatorium peccatis exigentibus, aq tam miserabilem devenissent inopiam, quod earumdem ecclesarum fratres sub intolerabilii podere creditorum mendicantes divinis officiis vacare non possent, tandem inspirante divina gratia, ad vite artioris frugem se transfere disponentes, habitum et ordinem Cluniacenses sub domo de Lihons suscipere deereverunt. Verum cun hec mutatio sine assencu episcopiin cujus erant diocesi et capituli Ambianensis robur obtinere no passet, et ob hoc dictorum episcopi et canomcorum requisitus fuisset assensus, quibusdam de capitula assentientibus, decanus et quidam alii Ambianensis ecclesie canonici non tamfactum quam facti modum inculpantes aliquamdiu reclamarunt, pots-modium vero cum venerabilis pater H. Cluniacensis abbas propter hoc Ambianos venisset, tam ipse quam capitulum, tunc ecclesie Ambianensis electum Bujus et cognitorem et arbitrum elegerunt, ut m his que corrigenda essent correctiob et m approbandis approbandis per manum ejus amicabiliter proveniret. Dictus igitur electus non inveniens quomodo desolationi, et temporalibus subvenir,, habita délibérations et inquisita supet inquirendis plenius veritate supradictum muationem approbans benigne concessit et prefate Sancti Laurent m Nemore et Sancti Nichoiai de Regniaco ecclesie cum appendice suis Cluniacensi ecclesie et domui de Lihons perpétua essent subjecte et f ratios m eisdem deo deservients Cluniacensis, deinceps ordinem observarent. Domum dutem de Peernois cum appendiciis suis que ad dictas ecclesias antiquitus non pertinebat in manu sua et successorum retinuit et ab codem et successoribus suis libère et pacifice de cetera possidenaam. Frater vero Asso, tune temporis prior de Lihons, cura dictatum domotum suscepta, easdem domos cum homonibus suis in sua provisione susceptit, eo addito quod in utraque ecclesia débet esse perpétua conventus monochorum et eorodem conventuum priores episcopo Ambianensie successoribus tenebuntur obedientam et eonsveudines suas, salvo ordine et privilegiis Uuniacensibus, in postrum exbire..

St Nicolas de Regny

SAINT NICOLAS-DE-REGNY
Sanctus Nicholaus de Regni, de Reigny... — Cne Jumel, cant.
Ailly-sur-Noye.
N.B. — Confusions avec Reigny (dép. Yonne).
Amiens A.D. ESTIENNE G index col. 137 (traité de 1451),
H art. 541, 542 — DARSY Bénéfices I p. 377-378 et table mat. 543 ;
Clergé p. 148 — DHAP tables t. I p. 429 [Aisne par erreur] et IV
496 — FOSSIER Picardie index p. 784 — GARNIER Dictionnaire II
p. 278-79 — LONGNON Pouillés VI index p. 978 — WITASSE Géographie Saint-Laurent au Bois (in

Régnaut d'Amiens

Par une charte de Régnaut d'Amiens, Seigneur de Vignacourt, Chevalier reconnaissant que Willard, fils de Durand, a traité à l'amiable avec l'Evêque d'Amiens au sujet de 10 journaux de terre sis à Pernois lieu-dit"Martini Culture" ou la Couture Martin pour 50 sols parisis a laquelle composition ont consenti Marie, mère, et Hawide, Emmeline et Ode, soeurs et Jean fils de la dite Emmeline neveu dudit Willard Témoins : Eustache, doyen de Vignacourt, Pierre cure de Flixecourt, Régnant et Riquier Chapelains dudit Regnaut d'Amiens, sire Hugues de Fontaine, Sire Aléaume d'Amiens et sire Pierre de Bétencourt chevaliers et "multi-altii

Pape Nicolas IV

Par sa bulle des 10 des calendes d'avril 1290 le Pape Nicolas IV nous apprend que ces religieux avaient cesser d'exister, et il confirme à l'Evêque Guillaume de Maçon dans la rentrée en possession des biens qui leur étaient affectés.

" exposuisti nobis quod m tua diocesi quedam domus constituta dinoscitur que Petronosum vulgaritur nuncupatur, et que cum omnibus honis et jurons acpertmentiis suis ad mensam Ambianensis episcopi pleno jure pertmuit ab antique , licet bone memorie Theobadus, episcopus Ambianensis, predecessor tuus, aliquos canonicos reglares in ea statuerit, servitores assignata eis pro victu suo de ipsius olomus reoldibbus ahqua portions administrationem spirituallium et temporatiumac personarum institutionem in ea sibi suisque successoribus retinendo, iat quod si memorati canonici cederent vel decodrent, aut propter ipsorum defectum seu eulps eos de dicta qomo contingeret amoveri, redditus pro illorum victo assignati eisdem libere a, piano jure d mensam reddirent ean dem quodque prefatus episcopus per singularis presbiteros posset m eclesia infra septa domus memorate constructa facere deserviri. Cum autem ut asseris, omnes canonici supra dicti jam cesserint, vel decesserrint, aut a domo ipsa et causis legetimis sint amoti, providere super hoc ne mensa predicta suis juribus defraudetur, de benignitate solitate curaremus..." confirmant la dite maison à la mense épiscopale.

Charte de Guillaume de Macon

Le jeudi après la St André (3 décembre) 1293 la Charte de Guillaume de Maçon, Evêque d'Amiens qui rappelle :

"... cum domus nostra de Petronoso cum suis pertinenciis, possession ibus et juribus universis ad jus et proprietatem episcopi Ambianensis pertineay et pertinuerit ab antique.... et licet per canonicos regulares quos, prosua volunte, episcopus instituebat, ibidem serviretur parroehiali ecclesie dicti losi, administrabonem tamen spiritualium er temporalium episcopus semper habuit et haberedinoscitur in cadem... Cum igitur dicti canonici decesserint vel sponte de loco recesserint supradicto, nos possessiones predictas retraximus et ad episcopalem mensam cas duximus applicandas... Nos autem mandatis apostolicis, et tenemus, obediences, omnino netno dictam ecdesiam officiari sufficienter, sicut ad nostrum spectat officium affectantes duos capeUanos seculares instituimus in eclesia memorata, qui residebunt et residere tenebuntur continue in eadem, et die nostuque officiebunt ipsam eclesiam ita ut sempler matutinum missam et vesperos dicent cum nota m eclesia prelibita, coteras autem horas cum nota vel sine nota, prout eis Dominus ministrabit. Item quahbet die ad minus una missa cantabitur in eadem, unus vero cappellanoum curam habebit totius parrochie, et pro victu suo omnes minusta totius parrochie, necon assignandas ac sepultaras etiam motuorum, et cum hoc percipiet duos modios bladi in grangia dicti loc ad mensurem de Domno Melardo née de melioni née de pejori, annis singularis... Ahus veto cappelanus habebif pro viet suo... Insuper cappelani predecti semper erut de mensa episcopi quandiu episcopi qui fuerit pro tempore in domo commorarevit supra dicta episcopo vero absente, dicti capeJJani victumet vestitum de suo sibi acquierere teneantur, et simul in eadem domo Jectum et sciphum argenteum et mirreum, quos tamen lecros et sciphos qebent in statu retinere et dimittere successoribu suis... Non poterunt autem dicte parrachia et cappelania afiquibus conferi, nisi in sacerdotium jam promotis, qui sciant bene légère et cantare et qui vetint et posssint in ipso Joco continue et personaliter residere..."

Jean de Nouvion

Le jeudi avant la Trinité (26 mai) 1295 Commission de l'Official d'Amiens à Maître Bernard de Roye, chanoine de Notre-Dame de Noyelle sur Mer, pour entendre les conventions entre Guillaume de Maçon, Evêque d'Amiens, d'une part, et Jean de Nouvion, Seigneur de Thièvre, Chevalier, et Colaie de Mailly s a femme, d'autre part, pour une vente le 1er juin 1295, sous le sceau de L'Officialité d'Amiens, moyennant 700 livres tournois, de tout le Fief qu'ils avaient à Pissy et des pâturages sis à Pernois entre la rivière dudit lieu et la route de Berteaucourt à Halloy.

Prieur de Flixecourt

Au mois de septembre 1295 l'Abbé de St Lucien de Beauvais abandonna à l'Evêque les dixmes perçues par le Prieur de Flixecourt 60 sol parisis en échange de la terre de Pissy, que Guillaume de Maçon avait achetée le 1er juin 1295 à Jean de Nouvion, Chevalier seigneur de Thièvre et de Colaie de Mailly, qui la tenaient en fief de seigneur de Picquigny, vidame d'Amiens.

Transfert de l'église et du presbytère

En l'année 1340 l'église paroissiale et le presbytère ayant été transférés hors de l'enceinte, pour indemniser le curé de son droit de nourriture l'Evêque Jean de Cherchemont, par charte du 3 octobre, lui donna 13 journaux de terre en trois pièces désignées; et de son côté le curé abandonna 10 journaux de terre pour l'augmentation de la cure et pour son anniversaire, plus un jardin pour l'entretien de la lampe ardente.

"... dudom Oone memorie dominus Guillelmus predessor noster, cum assené capituli nostre ecclesie Ambianensis, ordinauk quod curatus pro tempore parrochiaîis ecclesie de Petronoso, nostre diocesis, semper erit de mensa episcopi, quandiu in domo sua de Petronoso idem episcopus qui pro tempore fuerit moram trahet... Verum qui a tune dicta parrochialis ecclesia sita cra infra clausuram dicte domus episcopalis dicti loci in qua quidem domo curatus predictus habitationem habebat perpetuam ibidem que secundum dictarum litterarum tnorem debebat et comedere et dormire, quas tanem ecclesiam habitationem que seu domum preolicti curati contgitit postmodum ex certis et legetimis causis fuisse et esse translatas, de novo edificatas, ac extra domum epscopalem pridictam infra metas parrochie, propter quod, attentis separatione domus dicti eurati a domo episcopali, et loci distensia inter ipsas, necnon pro regimme cure et utilate sue ecclesie sollicitum idem curatus perdit sepiime mensam nostram, dilectus nobisin Christo dominus Gaufridus de Victa, presbiter curatus presen pro tempore nobis humiliter supplicavit ut un recompensacionem pastus suis, quem non sine verecundia sumit et petit... assignat audit curé différents biens pour lui en tenir lieu... Item pro lampade ardente nocte qualibet et in horis diurnis in eclisia memorata, dimisit et dimittit idem curatus perpetuo ecclesie predicte suum jardinum quem acquisirevat, cum sui juribus et pertinenciis universi..."
Témoins -Sire Philippe de Montibus , rectore ecclesie de Augeyo, Pictavensi, Raimbaud Je de Richegnevoisin
Chanoine de Fouilloy, Jean Roussel curé de St Martin de Neauphe, diocèse de Sees, et Jean de Pomerio , Chapelain perpétuel de Pernois et du Manoir épiscopal de Pernois.

Manoir épiscopal de Pernois, 3 octobre 1340
Présence d'un sceau de Jean de Cherchemont en amende, de 55mm cire verte, sur double queue de parchemin un évêque in pontificolusus et bénissant, debout sous un riche dais d'architecture, a droite et a gauche duquel est un écu, l'un à trois pals, l'autre détruit.

Jean de Pomério

Le samedi avant Quasimodo (3 avril) 1339 Jean de Cherchemont Evêque d'Amiens, fonde et dote d'une chapellenis dans la chapelle de son manoir Pernois, en faveur de Jean de Pomério clerc, son familier, originaire du Diocèse de Poitiers
Témoins o Sire Jean Gomard, Docteur es lois chanoine de Laon, Mgneur Hugues de Colonia
Chanoine de Tours, Sire Philippe de Montibus, curé d'Augé, diocèse de Poitiers, Sire Maurice "Angoas de Sancto Rouano" Chanoine et curé de Fouilloy et Colart Maunoyer notaire de l'Officialité d'Amiens

Pierre de Pernois

16 janvier 1377, Pierre de Pernois, dit le Routier aveu et dénombrement d'immeubles tenus en fief de l'Evêque d'Amiens.

Juin 1384 Pierre de Pernois, dit le Routier aveu et dénombrement d'immeubles tenus en fief de l'Evêque d'Amiens.

Philippe Le Bel

En Août 1296, Philippe le Bel, Roi de France fait savoir :

"... quod cum olim dilectus et fidelis noster Guillaume, episcopus Ambianensis, a nobis requireret quod tracenta jornalia nemorum vel circiter ad episcopatum suum Ambianensem pertinencia, vide licet sepcies vingeti jornalia juxta Monisteria et octier vingintia jornalia, vel circiter apud. Petronosum, que tempore regalwm pro nohis consue verunt prescid, nostrique usihus applicari extra regalia futuris temporibus ponoremus illis nemoribus tempore regallium eorum den ad opus successorum suorum Ambianensium episcoparum servatis in statu in quo essent tempore mortis episcopi, et remanentibus semper salvis, ita quod a ministris et servientubus nostris tempore regalium minime sciuderenture. In quorum recompensationem, idem episcopus villam de Pierregot quam a Drocone, domino de Buiecourt, milite, acquisierat et curata, que non erat nec um quam fuerat de regalibus, nobis et successoribus nostri m regalia concederet et etiam assignaret; cupientesgitur de premissis plenius informari, Guilleimo de Hangesto, tunc ballivo Ambianensi, nunc thesaurario nostro, per ahas nostra litteras dedimus in mandastis ut de ipsorum nemorum et ville predicte valore de numero jornalium memorum, et quantum unumquod que jornale valebat, et utrum hoc nobis prejudicaret imposterum, et aliis circumstanciis premissorum, vocatis evocandis se informaret et inquireret diligensus quolibet jornale memorum de Monasteriis octo solodos parisiensium, et quod libet jornale de Petronoso, quinque solides parisiensum annui redditus valebat, facta estimations et apprisia, ut premittitur, per eundem" acceptant ledit arrangement.

Descriptif des biens

"... Item ledit évesque a cause de son église est sire temporeulx des villes de pernois et de halloy des terroirs et appartenances audit bailliage, esquelles villes il a du domaine de son église ses maisons et manoirs de pernoix ainsi comme ly lieux se comporte tant en maison court "gardin vingnes..... dicelluy lieu et manoirs les mares et pasturages pour luy et ses hommes a environ XVIIIxx journeulx de terre ahanables environ XVIII journeux de près environ cent dix journeulx de bas lesquelles sont francques et hors de régale la rivière pescherie les fours et molins esdits villes ausquels sont banniers ses hommes et subjects audit lieu lesquels acause de leurs maisons et hostise lui doibvent pour chacune hostise et tenanche une corvée de bras par an a ses..... et à ses... et ainsi coeute a court touttefois que levesque est à pernois
... Item a le rente ou terrage en VIxx et XV journeux de terre ou environ estons audit terroir
Item environ Xl livres de cens par an en argent... les lieux manoirs et choses tenues de lui audit lieu environ IIC et IIII cappons environ XXXVI poulles ung rastel de blé environ IIII muis et demy davaine a le mesure du lieu environ XXXIIII pains XV onches et demi...une livre de chire et deux espérons de blancq fer.
Item a les herbages des bestes a laine, forage, tonlieux, ventes reliefs et issue de ville avec toute justice et seigneurie haulte moyenne et basse tant en son domaine comme en ce qui est tenu de lui et de son église et es fros fregars quemins a bournes estons en ces mettes amendes dois et expiais et tous proufis dois et emlumens qui par droit et par coutume poeuvent et doibvent ad ce apport... et ce qui en....
....Desquelles maisons et terres de pernois sont chargés annuellement de payer.....
...quatre muis quatre septiers de blé et deux septiers de poix a le mesure du lieu et de vingt livres XV sols et aussy est charge son moeulin de pernois de cincq solz de rente annuelle en certain lieu.

Sentance de Jacques d'Embrimeu

Le 13 juillet 1305 dans une sentance de Jacques D'Embrimeu, lieutenant du Bailli d'Amiens, sur ce que" comme révérend père en Dieu Monseigneur l'Evêque d'Amiens et ses hommes tenans en sa ville de Pernois, consors en ceste partie,... se/eussent et complains au siège dudit bailliage, en cas de saisine et de nouvelleté, des religieuses, abbesses et couvent de l'église de Bertaucourt, Enguerrand Bouillet, leur sergent et Adrien Tauppin, pour cause de ce que lesdittes religieuses par les dits Enguerran Bouillet leur sergent, et Adrien Tauppin et plusieurs autres leurs complices, du commandement de elles ou de leurs gens avaient prinz ou fait prendre par plusieurs fois, depuis un an avant la date de la dite complainte, plusieurs des bestes, vaques, geniches et bouvars de plusieurs habitants et tenons dudit révérend père, au dit lieu de Pernois, estons paissants et pastrurans es mares ou pâturage situés et assis entre Belestre et Bertaucourt depuis et entre le fontaine que on dit de 1 Ecluse, qui est au quief de la cauchie, jusques aux courtieux de leditte ville de Bertaucourt, et de leditte cauchies jusques des camps, et icelles vaques et bestiaux mené en prinson à Bertaucourt contendu à en avoir plusieurs amendes, lesquelles choses prinses, exolois et empeschemen , ledit révèrent père es se diz hommes et tenant audit lieu de Pernois disoient estre et avoir esté fais en leur préjudice confirmant la transaction survenu à ce sujet entre ledit Evêque et l'Abbaye de Bertaucourt sur le vu dune précédente transaction en latin, y transcrite, du samedi après la Saint Rémy (3 octobre) 1282. 13 juillet 1392
Présence de sceau du Baillage d'Amiens : circulaire de 35 mm, cire rouge sur simple queue de parchemin : écu à 3 fleurs de lis. contre-sceau circulaire de 10 mm : une fleur de lis.

Accord avec Jeanne de Mailly, abbesse de Berteaucourt

Accord entre l'Evêque d'Amiens . Philibert de Sceaux , et Jeanne de Mailly, abbesse de Berteaucourt, portant délimitation des terres de l'évêché et de l'abbaye sur le terroir de Pernois, "d'un camp de terre nommé le Camp Ancel séant au teroir dudit Pernois, appartenant à nous, abbesse et couvent, enclavé entre les bas de nous, évesque." 10 février 1417
Présence d'un sceau de Jeanne de Mailly, en amende, de 55mm, cire verte, sur double queue de parchemin : la Vierge Marie debout, tenant l'enfant Jésus sur son bras gauche et tenant une fleur de lys dans la main droite
"Pour chou que pas lespasx le trespassement de toutes coses qui ne sont contenues en ....... surt .... legierment a oublianche ... guérit de champluisant par la grâce dedieu abbesse de bertaucourt nos consaus pour enbrancne en mémoire de au nous tenons terre que nous avons a ... ou en rente che que ... doivent, soit rente. soit disme. soit dons. soit... Avos fait... ... présent et quel il es contenu ...les doivent a les quêtes. Premierment v journeus de tere qui sunt le tere huon du candas par ... seure le tere as enfans de bel estre 
 que on commenche...esmanche dubout du roion de le tere huon du candas ... droit aligne aval z de chel bout ensi ...nre tere joignant a nos bas doit rente dont corvée guerran Jourdain, toute le disme a pernois .Item ... journel joignant acheste tere nommée ...au bout de le tere as enfans de belestre pardeus le fontaine boullant doivent le moitié de le rente a enguerran Jourdain, toute le disme a pernois. Toute le terre des routis qui commenche audefois jusques a le tere ... fournier qui est entre le terre pierron haste. le tardieu doit le moitié delem rente a enguerran jourdain toute le disme a peernois, avais un journel qui fut as ... grans busqués qui joignent aie tere puost doivent ... corvée a un vaaseurs toute le disme a pernoys. Li vii journel qui furent dame betris nevele ... qui joignent a le tere qui fu robert sabel doivent toute ... corvée a vaaseurs toute le disme a pernois. Li cans sauart est ptis dime osque qui est entre le tere qui fu ahame lefeure droit amont aligne. le ptie par devert le val soibert ne doit fois toute le disme a peernois autre ptie doit le moitié de le rente a engran iddam toute le disme a peernois doit journel de tere quiqisunt val soibert deucoste de le tere martin le fournier le tere qui est... le tere walet manchion. Et li vii journel des seure ...de le tere robert boullet . Li v journel qui furent ...le tere qui est devant baancourt. Li ... journel qui funt dessus le tere qui fut philippon de belestre ne doivent fois le disme a peernois. Li cans de le fresnoi... toute le disme a peernois . Mais ilia aussi que ... journeus que on tracne d'un bourne qui est entre le voie du busquet devers vignacourt qui est entre lozière de ... le tere devers le val robert si doivent toute le rente a moseigneur damiens. et le disme ...a vignacourt. Le tere de le haie meinnsiene est ptie d'un ... bourne devers vignacourt. a.j busket qui est haloy. La ptiee devers le val soibert doit ... toute le disme a peernoys Toute le tere du val robert qui commenche devers vignacourt. che qui est desseure le voie dusquel... xxx journeus qui joignent a le voie ne doivent soit le ... a haloy. Li xvi journel joignant ale beeloie le carboinniere . Li routis foulver doivent le tiers de le rente a monseigneur pierron damiens. ... Estre renaut de warignies a le feme jehan le mangnier. si doivent viii garbes de don.

Sources

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 13/11/2015