Si La Nièvre, elle avait voulu...

La Nièvre... La Fieffes?

Quant à l'origine des sources de la Nièvre, plusieurs hypothèses sont envisagées.

En"M. Debrayelle"apporte quelques précisions sur les sources de la Nièvre, en effet si l'on suit le raisonnement de Lucien Groué, dans son livre "Aux sources de la Nièvre" (Paillart - 2000) affirme que la Nièvre commence à Canaples...Il écrit : "On remarque sur la carte de Cassini que les petites vallées qui alimentent la Nièvre ont un point de jonction situé à Canaples. C'est donc là que la Nièvre tire son origine, juste après le confluent formé par la Fieffes et la Naourde."

C'est là une conclusion arbitraire.

    L'observation du relief et des vallées sur la carte de Cassini ou sur les cartes IGN actuelles montre au contraire une vallée de la Nièvre qui commencerait en amont de Naours, du côté de Talmas. La Naourde étant alors un affluent de la Nièvre venant de la Vicogne et faisant confluent à Naours et la Fieffes un autre affluent de la Nièvre faisant confluent à Canaples.
 effet d'après la carte de l'IGN 2207-Est la Nièvre commence après Berteaucourt-les-Dames. 

     D'autre part, les anciens d'Havernas et de Wargnies ont toujours dit "la Nièvre" pour désigner la rivière qui traverse leur village. (et jamais la Naourde)

Je rejoins cette analyse. En effet en consultant de nombreuses cartes, plus principalement celles provenant du "Fonds Macqueron (Bibliothèque municipale d'Abbeville", et suivant l'ancienneté des différents cartes la dénomination de cette rivière a été multiple. 
Pour la dénomination exacte ceux sont les références de l'IGN qui font foi, donc officiellement cette rivière est : La Nièvre.

J'ajoute après consultation du "Geoportail" de l'IGN  cette rivière "La Nièvre " est ainsi dénommée jusqu'à la jonction avec "La Fieffe" au niveau de Canaples. De Canaples jusqu' aux Usines d'Harondel elle est désignée sous "La Fieffes" pour retrouver le dénomination "Nièvre " jusqu'à sa jonction avec "La Somme" au niveau de Moréaucourt.

Nievre fieffes

 

Sur cet extrait du cadastre de Canaples (Section D dite du Marais de Canaples de 1832), au confluent du Moulin à l'huile, la rivière provenant d'Havernas est dite : Rivière de Nièvre et celle venant de Fief est dite : Rivière de Fieffes. 

http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261412569i1odS5/1/1

Par contre cette rivière dite de Fieffes est dénommée "La Nièvre" dans la traversée d'Halloy-les-Pernois ainsi que dans la traversée de Pernois et pour reprendre le nom Rivière de Fieffes dans la traversée de Berteaucourt-les-Dames. 

http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261412569OWiPsY/1/1

Dans la traversée de St Ouen cette rivière est dénommée : Rivière de Naours

http://archives.somme.fr/ark:/58483/a0112614125707DI7M2/1/1

Dans la traversée de Flixecourt elle est dénommée : La Niève

http://archives.somme.fr/ark:/58483/a01126141257111uC86/1/1

A Moreaucourt elle retrouve sa dénomination : Rivière De Nièvre

http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261412568CS0cq6/1/1

 

 

 

Petite Nièvre : ce petit ruisseau qui prend sa source à Monstrelet, passe à Fieffes, s'y grossit d'un petit cours d'eau venant du Bois de la Haye. 
On rencontre à Fieffes, dans un grand bassin, une source limpide donnant naissance à la rivière au cours rapide ci-dessus signalée. Cette rivière reçoit d'un fossé, dit "à Cailloux", les eaux des pluies, des orages et de la fonte des neiges des pays de Montrelet, de Fienvillers, de Candas et de Bonneville. Non loin de cette source, à gauche de la rivière, on remarque une fontaine d'eau, très claire et surtout légère recommandé aux malades. (Notices historiques et géographiques sur les communes, p. 3)
Wargnies, les eaux superficielles s'écoulent dans un ravin qui longe la commune au nord et les mènent à la Nièvre dont la source se trouve à une faible distance en aval sous Havernas. (Notices historiques et géographiques sur les communes p. 2)

D'après cette carte éditée après 1800, notre rivière la Nièvre est appelée : Rivière d'Havernas qui prend sa source aux environs de Wargnies, pour rejoindre La Fieffes ainsi dénommée jusque Berteaucourt-les-Dames et pour reprendre le nom de Nièvre avant de rejoindre la Somme au-dessus de Moulins Bleus.

La Vicogne : Source De La Nièvre ?

lavicogne.jpgLe cours d’eau qui coule actuellement dans la vallée industrielle de la Nièvre drainait autrefois toute la partie sud du plateau formant la ligne de partage des eaux entre la vallée de I ’Authie et celle de la Somme, comprise entre Longvillers (ait. 148m.) et Rubempré (ait. 127m.) et jalonnée par les communes de Beaumetz, Bernaville, Fienvillers, Candas, moulin de Valheureux (163m.), hauteur de Vert Galant Le cours d’eau qui coule actuellement dans la vallée industrielle de la Nièvre drainait autrefois toute la partie sud du plateau formant la ligne de partage des eaux entre la vallée de I’Authie et celle de la Somme, .(170m.), le Val de Maison (141m ). Ce plateau est couvert de limon, sous lequel on trouve, tantôt de l’argile à silex, tantôt des résidus tertiaires sous forme de paquets de sable ou d’argile effondrés dans des poches de la craie ou de buttes sableuses de 10“-'d’éléva­tion que des puits à marne permettent d’ob­server (Moulin de Valheureux). Région de steppes aux époques préhistoriques, le plateau fut en­suite recouvert d’une grande forêt (forêt de La Vicogne, formant avec la forêt d’Àrrouaise la li­mite naturelle entre le pays des Ambiani et celui des Atrébates) ; les différentes vallées, mortes au­jourd’hui, qui rayonnent en éventail vers Canaples et Domart étaient alors en activité et appor­taient leurs eaux à une rivière fossile beaucoup plus importante que la Nièvre actuelle.

Nous avons exploré quelques-unes de ces val­lées taries dans lesquelles l’eau ne coule que par intermittence. En 1909, à la suite de l’automne pluvieux, la rivière de Naours remonta jusqu’en amont de cette commune, mais, plus ancienne­ment encore, elle sourdait en amont de La Vico­gne au contact de l’argile à silex du plateau.

Comme on peut l'observer sur cette carte, en amont de Naours on est à la jonction de deux ruisseaux, l'un venant de Lavicogne et l'autre de Talmas.

Rivière d'Havernas

rivdhavernas-150-1.jpg

D'après cette carte éditée après 1800, notre rivière la Nièvre est appelée : Rivière d'Havernas qui prend sa source aux environs de Wargnies, pour rejoindre La Fieffes ainsi dénommée jusque Berteaucourt-les-Dames et pour reprendre le nom de Nièvre avant de rejoindre la Somme au-dessus de Moulins Bleus.

Les affluents de la rive droite

La Nièvre qui reçoit sur sa rive droite au niveau de l'ancien moulin de Canaples, La Fieffes qui prend sa source au lieu-dit "Plan Pressoir". Dans la traversée de Pernois elle reçoit sur sa droite des eaux provenant du Parc dénommé Le Vivier et la Bouise. 


Le Ru de Domart : Ruisseau du dép. de. La Somme, qui tire ses sources de la craie supérieure, dans le vallon de St-Hilaire, par moins de 50 m. d'alt. ; Ces pre­mières fontaines jaillissent à un niveau beaucoup plus bas qu'autrefois, le pays s'étant fort asséché ; et le vallon remonte par Lanches à 6 k. plus haut jusqu'au-delà du bois de Bernaville, vers un faîte de 58 m. séparant la Somme, au S., de l'Authie au N.

Lanches-Saint-Hilaire le seul cours d'eau qui existe sur le territoire est La Domart qui nait au Hameau de Saint-Hilaire et qui est de très faible débit. Lorsque le niveau de l'eau s'élève, comme cette année, les sources commencent près de Lanches à la réunion au centre du territoire en deux vallées très encaissées :

  • Vallée du Chêne et,
  • Vallée de Gorges.

(Notices historiques et géographiques sur les communes p. 3)

 

 Le ru a son cours vers le S., il passe à Domart-eu- Ponthieu (d'où son nom), dans sa traversée il existe quelques sources remarquables

  • la source du marais dite "Source Sainte-Madeleine"
  • la source du "Vivier"
  • enfin deux autres sources situées dans la partie la plus basse du pays, ces sources ne tarissant pas.

Où aboutit une vallée sèche qui monte à 8 k. au N.N. 0. vers la même ligne de faite, par Franqueville, Houdencourt, Ribeaucourt ; il baigne St-Léger-lès-Domart, coupe le ch. de fer de Canaples au Tréport, et se perd dans la Nièvre ou Fieffes, en aval de Berteaucourt-les-Dames, par 25 m. d'alt.

Saint-Léger la Nièvre est alimenté par le Ru de Domart. Ce petit cours d'eau qui prend naissance à Lanches St Hilaire.

Bettencourt-Saint-Ouen : la source la plus importante est celle de la Fontaine du Marais qui coule dans les eaux de la Nièvre. (Notices historiques et géographiques sur les communes p. 2)

Saint-Ouen : Il existe bon nombre de sources à une très faible profondeur dont la plus abondante qui donne naissance au Ruisseau des Puits dénommé encore La Rigole. A son entrée dans le village, la Nièvre laisse échapper vers l'Ouest pour la reprendre dans le Marais une partie de ses eaux qui forment alors un fossé d'alimentation et d'irrigation dit Fossé Bazin. (Notices historiques et géographiques sur les communes p. 2)

 

Les affluents de la rive gauche

A Pernois au lieu-dit La Fontaine Bouillante (située à la Voie à cailloux), et une autre source dénommée Le Ruissoire, qui sourde dans le Bois Prouselle, et après avoir traversé l'étang de l'ancienne pisciculture se jette dans la Nièvre au Moulin du Soudet.

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 07/06/2017