Aperçu historique et géographique

ign-pernois-limites.jpgPernois d'hier ... « ... rien d'agréable pendant la belle saison comme la verdoyante vallée qu'arrose la petite rivière de la Nièvre, qui prend naissance entre Lavigne et Bonneville, traverse Canaples, où elle se trouve grossie en aval et à gauche par la rivière d'Havernas, à droite par la Fieffes, venant de Montrelet ; la Nièvre passe ensuite à Halloy, à Pernois, à Berteaucourt-les-dames, à Saint-Léger-les-Domart, à Saint-Ouen et à Flixecourt, et afflue à la Somme entre l'Étoile et les Moulins-Bleus, en face de Condé-Folie après un parcours de dix-huit kilomètres.

De l'Étoile à Pernois, un chemin très agréable et presque toujours ombragé côtoie la rivière et la ligne du chemin de fer de Gamaches à Doullens.

Pernois est un village du canton de Domart-en-Ponthieu, situé à sept km de son chef-lieu, à dix-neuf km de Doullens et à vingt-trois km d’Amiens.

Il est établi sur la rive droite de la Nièvre ; sa rue principale, qui est parallèle à la rivière, se trouve au pied d'un versant sur lequel s'étage gracieusement le reste de ses habitations. (Extrait Le Magister de Pernois par Alcius LEDIEU)

Sous l'ancienne monarchie, la seigneurie de Pernois appartenait aux évêques d'Amiens, le domaine consistait alors en château, maison, cens, terres, bois, prairies, vignes et censives. D'après un dénombrement de 1539, le château se composait d'un beau bâtiment contenant dix-huit à vingt chambres, salles, garde-robe, chapelle, étables, granges, colombier et donjon, le tout couvert en tuiles, et le logis du fermier avec ses étables, jardins, parc et huit journaux de terre...

... «Le château de Pernois, dit Dusevel, n'offre plus qu'une vaste solitude. Le silence règne partout dans ses appartements déserts. On aperçoit encore sur les poutres des planchers des traces de peinture et dorure seuls reste de la magnificence des prélats qui l'habitèrent. Ses jardins, ses bosquets, ses pièces d'eau ont été en partie détruits, et, des chambres hautes de cet édifice, l'œil n'erre plus que sur une campagne couverte de moissons ...»*

LIMITES

Son territoire est limitrophe avec sept communes, au nord : BERNEUIL ; au nord-est : FIEFFES-MONTRELET ; à l'est : CANAPLES ; au sud-est : HALLOY les PERNOIS ; au sud : VIGNACOURT ; au sud-ouest : BERTEAUCOURT les DAMES et à l'ouest : St LEGER les DOMART.

POPULATION

En 1469 • 23 feux; en 1698 : 350 h.; en 1724 : 97 feux et 253 h.; en 1725 : 100 feux et 267 h.; en 1726 : 102 feux et 281 h.; en 1760 : 91 feux; en 1772 : 127 feux et 422 h.; en 1790 : 130 feux et 560 h.; et au dernier recensement de 1982 : 508 h.

PRONONCIATION LOCALE

  • en pic. : parnou, pernwo, pernwé, pernwou
  • en Fr. : pernwa

ANCIENNES DEPENDANCES

En 1890 PERNOIS comptait 505 habitants sur 549 : centre administratif, scolaire et religieux. Les quarante-quatre Habitants formant la différence se groupaient en trois hameaux ainsi dénommés :

  • CLERY : 7 habitants et situé à sept cents mètres,
  • BELLETTRE : 12 habitants et situé à six cents mètres,
  • SOUDET : 25 habitants et situé à sept cents mètres.

RELIEF DU SOL ET EAUX

La vallée de la Nièvre (affluent de la Somme) est bordée de vallons au sud et au nord. L'altitude culminante est de 141 m au lieu-dit "Le Boulois». Le sol de la commune appartient aux formations tertiaire et quaternaire, il est en partie marécageux le long de la Nièvre.
Quelques sources : les lieux-dits :"la Bouise», "la Fontaine bouillante» "Le Ruissoire".


UN PEU D'HISTOIRE

Pernois faisait partie du Doyenné de Vignacourt de l'archidiaconé et du diocèse d’Amiens ; Place sous le vocable de St Martin. Placé sous la protection de l'Évêque la chapelle de St Nicolas fondée le 3 avril 1339, dans la maison de l'Évêque, elle fut transférée en la Cathédrale d’Amiens au Pilier vert, par l'Évêque Jean de Cherchemont, suivant une convention du 26 janvier 1372. Grenier attribue à Pernois une bulle du Pape Eugène confirmant les possessions du prieuré conventuel (chanoines réguliers) de Sancti Martini de Petronoso, en 1152. Cependant il est reconnu par tous les auteurs que, en 1200, l'Évêque Thibault d'Heilly institua dans son château quatre chanoines réguliers qu'il tira du prieuré de Saint Laurent aux Bois, près d'Heilly. Lorsque les religieux de Saint Laurent se retirèrent à Lihons, en 1205 ceux de Pernois les y suivirent, et l'Évêque Guillaume de Maçon établit à leur place deux chapelains séculiers en 1293. Le 2 septembre 1367 l'église, qui jusque-là se trouvait dans le château, fut transférée à l'extérieur là où elle se trouve actuellement. Pernois était rattaché à la Prévôté de Beauquesne qui dépendait du Bailliage d'Amiens, Rattaché à l'Election de Doullens et de 1 Intendance de Picardie et au Grenier à sel de la même ville, -la Seigneurie (avec celle de Halloy) : maison à Pernois, 360 journaux de terre 18 de près, 110 de bois (en 1390) appartient à l'Évêque d'Amiens par acquisition de Jean de Nouvion Seigneur de Thièvres et de Colais de Mailly sa femme. Selon M. Darsy, l'abbaye de St Lucien de Beauvais aurait échangé ce bien contre Pissy en 1282. L'Evêque Guillaume de Maçon le réunit à la manse épiscopale vers l'an 1306. De nombreux fiefs, mouvant de la Seigneurie de Pernois y étaient situé

Etymologie

 PERNOIS qu'on voit appeler "Petronosum" en 1539 signifierait un sol pierreux ou bien encore il est la traduction de "Pernada" qui, effectivement, a du former naturellement le mot PERNOIS, c'est la résidence ordinaire des mots terminés en ada. "Pernada" suivant du Cange était une métairie.

Il peut aussi venir de "Pernagium" qui était le droit de glandée accordé par le seigneur pour la nourriture des porcs dans les bois non clos.
D'après Dauzat, nom d'homme latin : Platernus + etum.

FORMES ANCIENNES DU NOM ET LEUR DATE

  • Petronutum en 1088 Harulfe - Chronique de Centule (St Riquier)

  • Petronosa Villa en 113.... Cartulaire de Berteaucourt

  • Perrenois en 1141 Cartulaire de St Jean

  • en 1144 Cartulaire de St Jean Garin Evêque d'Amiens

  • Petroinosum en 1150 Aléaume de Flixecourt

  • Pernois en 1176 Cartulaire de Berteaucourt

  • en 1241 Arnoud Evêque d'Amiens

  • en 1244 Gaudefroy Evêque d'Amiens

  • en 1390 Dénombrement de l'Evêché d'Amiens

  • Perenois en 1202 Cartulaire de Berteaucourt

... mei pétrie Ecclesie Je Bertaucort beate marie, sex sestanios fruments ad mensuram Dom primedar di in Elemosinam perpetuam donavisse m molenaismes Sti Joliannis, quodest inter perenois et Bertaucourt..
...ay donné pour toujours en aumône à l'Eglise Ste Marie de Bertaucourt six septiers de froments mesure de Domart qui est entre Perenois et Bertaucourt.

  • Peernois en 1203 Cartulaire noir de Corbie

  • en 1205 Gallia Christiana

  • en 1301 Pouillé

  • Petronosum en 1316 Cartulaire de Longpré

 

  • Peernoys en 1301 Pouillé du Diocèse

  • Pernoys en 1561 Etat des bénéficiaires du Diocèse d'Amiens

  • Pernoix en 1561 Etat des bénéficiaires du Diocèse d'Amiens

  • en 1781 Coutume du Baillage d'Amiens

  • Pernoy en 1521 Mémoire de Du Bellay

  • en 1540 Mémoire de Du Bellay

dans l'édition de 1572 p. 250 "... Environ la fin de mars 1537 le roy commença de mettre ses forces ensemble et partant d'Amyens vient loger à Fliscourt et de là à Pernoy et en ce temps là, mourut Charles de Vendôme qui estait demeuré malade d'une fièvre chaude au dit Amiens."

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 17/10/2015