Ville-le-Marclet

Ville-le-Marclet s'est transformé au XIXème siècle en bénéficiant surtout de la construction des routes, particulièrement de celle qui met le village en communication directe avec Flixecourt et St-Ouen. On a peine à s'expliquer comment on a pu se passer de cette voie si utile qui a été créée il y a une quarantaine d'années. Les habitations sont confortables, il n'y a plus aucune chaumière. Les écoles sont bien fréquentées ; les cours d'adultes sont très suivis n lit beaucoup ; l'instruction se répand et avec elle l'esprit de prévoyance ; il y peu d'indigents et aucun d'eux ne reste sans secours. La population qui était de 300 habitants au début du siècle, s'est élevée à 745 h. par suite de l'établissement des usines de MM. Saint-Frères qui se trouvent en partie sur Ville-le-Marclet. Un certain nombre de maisons d'ouvriers ayant été démolies, la population est descendue à 881 h. mais elle doit augmenter par suite de nouvelles constructions.

http://recherche.archives.somme.fr/ark:/58483/a011261413543UaVcwO/1/1

 

Le territoire de la commune de Ville-le-Marclet s'étend sur une superficie de 8,93 km2 et présente une densité de 53 habitants au km2, représentative des communes non industrialisées de l'aire d'étude. Il est structuré par un réseau de voies secondaires reliant le village aux deux fermes isolées implantées sur le plateau, et aux villages voisins de Flixecourt et de Saint-Ouen (RD 159), par la rivière de la Nièvre et par la voie ferrée Frévent - Gamaches. Deux routes (anciennes voies de grande communication) constituent ses limites ouest (R.D. 1001) et est (V.C. 301 dite chaussée Brunehaut). L'autoroute A16 traverse également le territoire.

L'atlas Trudaine, la carte de Cassini et le tableau d'assemblage de 1834 montrent une topographie contrastée avec le village et les tourbières, dans la vallée de la Nièvre, et les plateaux creusés de nombreuses vallées sèches. Quelques bois semblent subsister au milieu du 18e siècle, aux abords immédiats des deux fermes isolées (Bois-Riquier et Réderie) et à l'emplacement du nouveau château.

Le tableau d'assemblage de 1834 met en évidence la rareté des chemins irriguant un territoire qui ne compte que deux fermes isolées. Ces chemins, très à l'écart du village pour certains, reliaient l'ancienne abbaye de Berteaucourt-les-Dames à celle de Moreaucourt et à leurs différentes métairies. Avant la Révolution, l'abbaye de Moreaucourt possédait la plus grande partie du territoire de la commune.

L'habitat est regroupé dans le village et dans deux fermes isolées de Bois-Riquier, située à 2 Km au nord du village, et de Rèderie (point culminant de la commune), située à 4 Km du village, à la limite du territoire communal.

Les deux réseaux de communication parallèles à la rivière, qui relient le village à Flixecourt et à Saint-Ouen, sont contemporains.

https://inventaire.picardie.fr/dossier/le-village-de-ville-le-marclet/2f12ad89-5212-4847-95cd-c9b2acac3595​

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 30/12/2015