Les Prés Boistel

Toponyme obsolète

Section B dite Le Village C.N. 1832

Anthroponyme

 

  • du lat. : "pratum" 
  • anc. fr. : "pred" XIIème(masc.) "prée" XIIème"praie" (fém.)

pr. or. et pic. : "éche pré bwétel"

Il doit s’agir de pièces de terre ayant appartenu à François Boistel1, greffier de Berteaucourt et dont le testament avait été déposé en 1699 chez Me Dubos, notaire.

Sources :
C.N. 1832 section B dite du Village

1 : BOISTEL de BELLOT et de BRÉVILLERS. Armes (d’après l' Annuaire de la noblesse de 1905) : de gueules à trois losanges d'argent posés en fasce.

Cette famille, bien distincte de la précédente, paraît être originaire d’Auxy-le-Château, en Artois. Le vicomte Révérend en a donné une généalogie dans l' Annuaire de la noblesse de 1905. François Boistel, auquel ce travail fait remonter la filiation, naquit vers 1668 à Auxy- le-Château et fut greffier de l’abbaye de Berteaucourt-les-Dames. Ses deux fils, Joseph-Dominique Boistel, Sgr de la Bouloye, du fief de Feuquiéres, etc., marié eu 1716 à Cécile Hareux, décédé à Amiens en 1742, et Nicolas Boistel, marié à Marie Vasseur, décédé à Auxy- le-Château en 1770, furent les auteurs de deux branches.

Joseph-René Boistel, fils de Joseph-Dominique et chef de la branche aînée, posséda, entre autres biens, la terre seigneuriale de Belloy- sur-Somme que sa descendance a conservée jusqu'à nos jours et dont elle a gardé le nom. Il fut successivement avocat en Parlement, bailli général de la baronnie de Picquigny, procureur de ville, mai­rie et police d’Amiens, échevin de cette ville de 1765 à 1770 ; il était greffier ancien honoraire au bureau des finances de la généralité d'Amiens quand il fut convoqué en 1789 aux assemblées de la noblesse tenues dans cette ville ; mais il fit défaut. Son fils, Joseph- Louis Boistel de Belloy, né en 1750, d'abord lieutenant particulier au bailliage et siège présidial d’Amiens, fut pourvu en 1781 de la charge anoblissante de président trésorier de France au bureau des finances de la généralité d’Amiens et la conserva jusqu’à l’époque de la Révolution. Il avait épousé en 1786 Louise Marié de Toulle, fille d’un chevalier de Saint-Louis, et mourut en 1824. René-Henri Boistel de Belloy, né en 1859, arrière-petit-fils du précédent, marié en 1885 à Mlle de Livois, a été nommé en 1904 membre du conseil général de la Somme.

La branche cadette, connue sous le nom de Boistel de Brévillers, paraît être demeurée non noble. Elle est représentée de nos jours par Léo, né en 1861 à Dieupenthal.

La famille Boistel a fourni des magistrats, des officiers dont l*un fut tué en 1743 au combat de Duckendorf, etc.

Aucune de ses branches n’est titrée.

Principales alliances : Marié de Toulle 1786, Cornet d’IIinval 1813,. le Sergeant d lïend^court 1861, Poujol d’Avankerque et de Molliens, Lallart de Lebucquière 1849, de Francqueville d'Abancourt 1893, ’ Baudelet de Livois 1885, le Roux de Puisieux 1846, etc.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 21/07/2015