Un régiment d’infanterie en 1914 ; c’est quoi ?

Attention : Il ne s'agit que d'une organisation toute théorique telle qu'elle apparaissait en août 1914. Elle subit, tout au long de la guerre, de nombreux et successifs remaniements.
En août 1914, l'infanterie de l'armée d'active compte 173 régiments d'infanterie dont l'effectif réglementaire est d’environ 120 officiers et 3250 hommes de troupe.
 
 

Le régiment

Il se compose de 3 ou 4 bataillons (9 des 173 régiments d'infanterie sont à quatre bataillons, les autres à 3), d'un état-major, d'un petit état-major, d'une compagnie hors rang (CHR), accompagné d’un train régimentaire et d’un train de combat
 
Etat Major
• Chef de Corps (colonel ou lieutenant-colonel)
• 2 médecins-majors
• 1 médecin aide-major
• Officier adjoint chef de corps (capitaine)
• Trésorier (capitaine)
• Aide Trésorier (sous-lieutenant)
• Officier Matériel (capitaine)
• Adjoint Officier Matériel (sous-lieutenant)
• Chef de Musique
 
Compagnie Hors Rang (CHR)
Le personnel de l’officier d’approvisionnement
• Un adjudant adjoint
• 1 sergent-major
• 2 sergents
• 1 sergent-boucher
• 5 bouchers
• des cyclistes et conducteurs
 
Le personnel de l’officier de détail :
  • 1 sergent-major artificier
  • 1 caporal secrétaire
  • des secrétaires
  • des conducteurs
 
le personnel de l’officier chargé des liaisons téléphonistes :
 téléphonistes
 2 sergents
 7 caporaux
 35 hommes
 radiotélégraphistes :
 1 sergent
 4 caporaux
 15 hommes
 signaleurs :
 1 sergent
 1 caporal
 4 signaleurs
 
un peloton de sapeurs bombardiers :
 1 adjudant
 sapeurs ouvriers d’art :
 1 caporal
 12 sapeurs
 pionniers :
 2 sergents
 4 caporaux
 48 pionniers
 bombardiers :
 1 sergent
 3 caporaux
 24 bombardiers
1 chef armurier
 3 armuriers
1 vétérinaire (officier dans certains cas)
 1 brigadier maréchal
 5 maréchaux
 2 bourreliers
1 sergent brancardier
1 vaguemestre par bataillon plus 1 aide
éclaireurs montés
 2 maréchaux des logis
 2 brigadiers
 5 cavaliers
des sous-officiers comptables
des cuisiniers plus des hommes de corvée
les ordonnances des officiers de l’état-major du régiment
1 tailleur
1 cordonnier
Un sous-chef de musique
 Tambour Major
 Sous-Chef musique
 35 à 40 musiciens

Le bataillon

Le bataillon (1000 hommes environ) comprends une section de mitrailleuses et est divisé en quatre compagnies.
Il est commandé par un chef de bataillon (commandant).
• Officier adjoint (lieutenant)
• 2 Médecins
• Adjudant du bataillon
• Artificier
• Brancardier
• 3 à 4 conducteurs d’ambulance
• 3 ordonnances
• Adjoint approvisionnement
Section de Mitrailleuses
• Lieutenant commandant le section
• Adjoint (sergent)
• 2 caporaux
• 10 conducteurs
• Armurier
• Ordonnance
• Télémètre
• 7 soldats

La compagnie

Elle est commandée par un capitaine, elle est divisée en 2 pelotons.
Son effectif comprend :
• Le Capitaine commandant la compagnie
• 1 adjudant de compagnie
• 1 sergent fourrier de compagnie
• 1 infirmier
• 1 tailleur
• 1 cordonnier
• 1 cycliste
• 4 brancardiers
• 1 caporal fourrier
• 3 conducteurs

Le Peloton

Il est composé de 2 sections et commandé par un lieutenant
Son effectif comprend :
• 1 clairon
• 1 tambour

La section

Elle se décompose en 2 demi sections, elle est commandée par un lieutenant (ou un sous-lieutenant, ou adjudant)
 
 

La demi-section

Il est composé de 2 escouades et commandée par un sergent.

L’escouade

Elle est composée de 15 soldats et commandée par un caporal
Les trains régimentaire et de combat
Environ 150 chevaux et 60 voitures forment les trains régimentaires et de combat.
Ils forment un « train » d’environ 1 Km de longueur
 

Le train régimentaire (TR)

Train régimentaire : ensemble des moyens d’un régiment destinés à fournir ce qui est nécessaire aux unités pour subsister
Commandé par l’officier d’approvisionnement, il comprend trois sections :
• 2 sections de 5 fourgons assurent alternativement le ravitaillement et la distribution d’un jour de vivres, commandées chacune par un sergent
• 1 section de réserve de 3 fourgons, au ordre du sergent-major du train régimentaire
• 2 voitures à fourrages
• 2 fourgons ou chariots de parc à 3 chevaux pour le transport de l’avoine
• 3 voitures à viande
• 6 chevaux haut le pied
 

Le train de combat (TC)

Train de combat : ensemble des moyens d’un régiment destinés à fournir ce qui est nécessaire aux unités pour combattre
Commandé par l'officier de détail, il comprend :
Pour le régiment : 
• 2 voitures légères d’outils
• 3 voitures d’engins d’attaque
• 3 voiturettes pour les appareils radiotélégraphiques (apparues en 1915)
• 6 voitures à eau,
• 1 grande voiture pour blessé,
• 1 voiture de matériel médical (brouettes, porte-brancards)
• 2 forges
• 3 voiture à vivre et à bagages
• 2 cuisines
• 1 voiture postale
• des chevaux de mains
 
 Pour chaque bataillon :
• 1 voiture médicale
• 1 voiture à vivre et à bagages
• 2 voitures à munitions (24 havresacs de fusiliers, 14.000 cartouches environ)
• 2 caissons à 4 chevaux transportant chacun 22.000 cartouches
 
Pour chaque compagnie :
• 1 voiture à munitions
• 1 voiture à vivre et à bagages
• 1 cuisine roulante
 
Pour chaque compagnie de mitrailleuses :
• Les caissons à munitions
• 1 voiture à vivre et à bagages
• 1 cuisine roulante
 
Le train de combat peut être divisé en 2 échelons (TC1 et TC2)
• Au 1e échelon, commandé par le sergent-major artificier, marchent les voitures médicales, les voitures à munitions pleines, les voitures d’outils et engins d’attaque, les chevaux de main.
• Au 2e échelon, commandé par l’officier de détail, marchent les voitures à vivres et à bagages, les voitures à eau, les cuisines, la forge, les voitures à munitions déchargées.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 13/11/2015