Nestor CANDILLON

Candillon

Le Journal de Marche de Nestor CANDILLON

CANDILLON Nestor
• né le 23 novembre 1889 à Flesselles
• Classe 1909
• Grade : 2ème classe
• Corps : 128ème Régiment d’Infanterie
• N° Matricule :
1. 81859 au Corps
2. 1020 au Recrutement d’Amiens
• Mort pour la France 14 novembre 1914 dans l’Ambulance N° 5
  • Commune de décès : Semide (Ardennes)
  • Lieu d'inhumation : Nécropole Nationale d'Orfeuil

Après consultation des Recensements Tables et Registres du Bureau de Recrutement d'Amiens, la fiche de Nestor CANDILLON est absente

• Suite des blessures
• Jugement rendu le 20 mai 1920 à Laon
• Transcription le 20 juin 1920 à Charmes (Aisne)
 
Le Journal de Marche du 128ème Régiment d’Infanterie
 
128ème Régiment d'Infanterie
En 1914 : casernement : Amiens, Abbeville
Il fait partie de la 5e brigade d’infanterie, 3e division d’infanterie, 2e corps d’armée
À la 3e D.I. d’août 1914 à nov. 1917 puis à la 41e D.I. jusqu’en nov. 1918.
Constitution en 1914 : 3 bataillons
 
Le 1er août 1914 à 16 h 35 le 128ème RI stationné à Amiens (PP, EM et 2ème Bataillon) et à Abbeville (PC et 1er Bataillon) reçoit l’ordre de mobilisation suivant : « Mobilisation générale, le premier jour de la mobilisation le 2 août ».
Le Régiment quitte ses garnisons en trois échelons :
1er échelon : Etat-Major et 1er Bataillon s’embarque à Longueau à 7 h 45
2ème échelon : 3ème Bataillon part d’Abbeville à 7 h 50
3ème échelon : 2ème Bataillon quitte Longueau à 11 h 27.
Le Régiment est transporté par voie ferrée jusqu’à Dun/Meuse.
Même point de concentration où il arrive dans la nuit du 5 au 6 août dans l’ordre suivant :
1er échelon le 5 août à 20 h 50 ;
2ème échelon le 5 août à 23 h 15 ;
3ème échelon le 5 août à 24 h.
Les éléments du Régiment aussitôt débarqués gagnent leurs cantonnements respectifs.
1er Bataillon : Leon devant Dien ;
Etat-Major et 2ème Bataillon : Dun/Meuse ;
3ème Bataillon : Milly
 
Le 128ème fait partie du 2ème Corps, 3ème Division, 5ème Brigade
 
 
4 citations à l’ordre de l’armée, une à la division, fourragère jaune 
1914 Dun-sur-Meuse, Bréhéville puis Ardennes (août) : Montmédy, Meix-sur-Virton puis retraite : Buzancy, Fontenois, Charmont, Heiltz-le-Maurupt 
Bataille de la Marne (6–13 sept.) : Pargny, Maurupt, Montois, Sainte-Menehould, Vienne-la-Ville , Servon-Melzicourt
Argonne (sept.-janv.15) : Servon, Binarville, Four-de-Paris
 
Journal de Marche du 1er Août 1914 au 1er décembre 1914  : extrait  commmençant le 31 octobre 1914 et qui se termine le 14 novembre 1914 , date présumée de la mort de Nestor CANDILLON
 

Ordre de Mobilisation - Départ des Garnisons

Abbeville

Amiens

Le 1er août 1914 à 16 h 35 le 128ème RI stationné à Amiens (PP, EM et 2ème Bataillon) et à Abbeville (PC et 1er Bataillon) reçoit l’ordre de mobilisation suivant : « Mobilisation générale, le premier jour de la mobilisation le 2 août ».
Le Régiment quitte ses garnisons en trois échelons :
1er échelon : Etat-Major et 1er Bataillon s’embarque à Longueau à 7 h 45
2ème échelon : 3ème Bataillon part d’Abbeville à 7 h 50
3ème écheln : 2ème Bataillon quitte Longueau à 11 h 27.

Août 1914

Le Régiment est transporté par voie ferrée jusqu’à Dun/Meuse.
Même point de concentration où il arrive dans la nuit du 5 au 6 août dans l’ordre suivant :
1er échelon le 5 août à 20 h 50 ;
2ème échelon le 5 août à 23 h 15 ;
3ème échelon le 5 août à 24 h.
Les éléments du Régiment aussitôt débarqués gagnent leurs cantonnements respectifs.
1er Bataillon : Lion devant Dun ;
Etat-Major et 2ème Bataillon : Dun/Meuse ;
3ème Bataillon : Milly

Dun meuse

Campagne en Belgique.

Montmedy virton 1

 
Le 18 août 1914, le régiment quitte ses emplacements et gagne le Luxembourg belge en passant par Montmédy.
Les 22,23 et 24 août, le régiment reçoit le baptême du feu dans la région de Meix-devant-Virton.
 
Pertes : 1 officier, 66 hommes.
 

Retraite sur la Marne : Combat de Fontenois.

Fontenois 1

Charmont

 

Le 25 août 1914, le régiment reçoit l'ordre de se replier.

Le 26 août, des unités du 128e sont aux avant-postes, gardant la rive gauche de la Meuse, dans la région de Sassey-sur-Meuse, La Neuville-sur-Meuse.

Le 28 août, dans l'après-midi, le régiment reçoit l'ordre de se replier en direction de Buzancy.

Le 31 août, les 2e et 3e bataillons font tête et, de 7 heures à midi, défendent avec acharnement les abords du village de Fontenois.

Pertes du 31 août : 17 officiers, 379 hommes.

Du 1er au 5 septembre 1914, le régiment continue à battre en retraite en passant par Charmont, Heilz-leMaurupt.

Bataille de la Marne : Combats de Maurupt-le-Montois.

 
Du 6 au 11 septembre, le régiment livre des combats furieux à Pargny-sur-Saulx, à la ferme du Sorton, au Montois et principalement à Maurupt qui fut perdu et repris deux fois.
 
Pertes : 13 officiers, 462 hommes.
 

Pargny

Poursuite. — Reprise de contact.

 
La renardeLe 12 septembre 1914, les Allemands sont en pleine retraite. La poursuite est aussitôt organisée. Le 14 septembre, le contact est repris au nord de Sainte-Menehould avec de fortes arrière-gardes allemandes. Vienne-la-Ville, la ferme de la Renarde, Vienne-le-Château sont pris d'assaut par le régiment.
Jusqu'au 23 septembre 1914, le régiment livre, à Servon et à Binarville, des combats sanglants pour briser la résistance de l'ennemi occupant des positions organisées.
Pertes : 19 officiers, 493 hommes.
 

Vienne le chateau

Binarville

Argonne : Bois de la Gruerie.

 
Puis le front se stabilise, le système de relèves s'organise. Le régiment, après un court séjour dans la région du Four-de-Paris, occupe le secteur du bois de la Gruerie.
Les Allemands sont agressifs, ils attaquent avec des moyens puissants, mais le régiment tient bon et tous les efforts de l'ennemi sont brisés par nos furieuses contre-attaques.
Les 5 et 6 octobre, les 28, 29 et 30 octobre, les 7, 8, 9, 10, 11,12 et 13 novembre, les 18 et 19 novembre. 
 

Servon

Cantonnement à partir du mois d'Octobre 1914

Naviaux31 octobre 1914 :
La relève du Régiment s’opère à partir de 4 h 00 et les Bataillons vont successivement occuper leurs cantonnements.
1er Btn Naviaux (3ème Cie), La Noue (1ère Cie)
2ème Btn et EM : La Noue, Moulinet (2ème Cie)
3ème Btn : Venise (3ème Cie), Pont d’Isle (1ère Cie)
 
1er Novembre 1914 :
Travaux d’aménagement et propreté.
Reconnaissance et répartition des secteurs au point de vue de l’occupation en cas d’alerte et des travaux à exécuter.
2ème Btn avec 3 Cie –sud de la Renarde, celle-ci inclus et jusqu’à l’Aisne.
1er Btn avec 5 Cies (dont une du 2ème en soutien d’AC à la côte 172 de l’Aisne à la côte 167 inclus en liaison en ce point avec le Corps Colonial.
 
2 novembre 1914 :
Exécution des travaux d’amélioration des tranchées dans chaque secteur. Travaux pour abris du cantonnement :
Continuation entres cotes 170 et 174, des tranchées déjà ébauchées par le Régiment lors de son premier séjour à La Noue
Piquetage amorçage et commencement des travaux à Naviaux.
 
Du 3 novembre 1914 au 6 novembre 1914 :
Continuation des travaux
 

Bois de la Gruerie

7 novembre 1914
ServonLe Régiment reçoit l’ordre de relever le 81ème RI dans les tranchées de 1ère ligne. Le front a occuper, lisière Ouest du Bois de la Gruerie, face à Servon est réparti de la façon suivante :
Secteur Nord : 3ème Bataillon
Secteur du centre : 1er Bataillon
Secteur de gauche : 2ème Bataillon
Sont placées en 1ère ligne dans le secteur Nord les 10èmes Cies, en liaison avec la 4ème Division d’Infanterie, 11ème et 9ème.
La 12ème Cie est en réserve.
Secteur du centre : 2ème, 3ème Cie, la 4ème est placée en réserve.
Secteur de gauche : 6ème, 8ème et 5ème Cies, le 7 ème est en réserve.
La 1ère Cie est placée en réserve générale à Vienne-le-Château à la disposition du Colonel commandant la Brigade. Les deux sections de mitrailleurs sont placées au secteur du centre.
Cette relève était à peine terminée qu’une attaque très violente des Allemands se produit vers 12 h sur le front du secteur de gauche. Après avoir procédé à un bombardement général des tranchées occupées par les 8ème et 5ème Cies, les Allemands surgissent des boyaux de communication et se précipitant en ordre compact à l’effectif d’une centaine d’hommes sur les tranchées occupées par les 5ème et 8ème Cies qu’ils envahissent. Les 7ème et 12ème Cies en réserve de secteur sont dirigées immédiatement dans le secteur attaqué et mises à la disposition du Colonel Commandant le Régiment qui prend possession du poste de commandement affecté au Commandant la 2ème division. Une Compagnie du 8ème placée en réserve générale à Vienne-le-Château est également appelée ainsi q’un Bataillon du 72ème. Cette dernière force est amenée par le Colonel Commandant de Brigade et … réserve générale …
Savoir : 10ème et 11ème Cies – Secteur du centre Commandant Elie, un autre, le 9ème au secteur de gauche, la 2ème de ce même régiment est en réserve générale au poste de commandement du Pavillon.
Après la tuerie des tranchées occupées par les 5ème et 8ème ; l’ennemi se précipite sur le saillant Nord-Ouest du Secteur du centre, ce saillant est occupé par une section de la 3ème Cie (S. Martin), après un violent bombardement, cette section est attaquée de front et à gauche par la trouée qui se trouve entre cette section et le reste de la Cie, là des portions de route permettent aux Allemands de s’approcher en angle mort. Cette Section perd sa tranchée après avoir mis le feu à la mine. La 12ème Cie commandée par le Lieutenant Leduc est chargée de reprendre cette tranchée. Ces dernières attaques ne prennent fin qu’à 19 h 15. Pendant la nuit, nouvelles attaques violentes sur tout le front à l’exception de celui du 3ème Btn (22 h 30, 2 h 15, 3 h 30, et 5 h 15).
 
8 novembre 1914
Une attaque de notre côté à laquelle prend part un Bataillon du 51ème (bataillon Capron) est fixée pour 6 h pour reprendre les tranchées perdues, occupées précédemment par les 5ème et 8ème Cie du Régiment.
Cette attaque ne réussit pas par suite du feu violent des mitrailleuses allemandes installées sur la route de Binderville.
Pas d’attaque dans la nuit.

 
11 novembre
Une violente attaque est prononcée par les Allemands sur le secteur occupé par le 1er Btn (Ct Elie) et la clairière, vers 10 h. Cette attaque est envoyée grâce à l’intervention de notre artillerie (pièce 90). qui peuvent arroser copieusement le terrain sur lequel se trouvent les allemands.
Pendant toute l’après-midi et la nuit, fusillade incessante sur tout le front.
 
9 novembre 1914 
Attaque des Allemands, sur le saillant nord vers 7 h 30. Fusillade ininterrompue pendant toute la nuit et sur tout le front.
10 novembre
La reprise de la côte 176 étant décidée, le Commandement fait revenir deux Bataillons du 51ème sous les ordres du Ltd-Colonel … de diriger cette attaque par la clairière située entre les deux secteurs (1er et 3ème). Cette attaque préparée par l’Artillerie ne donne pas de résultat définitif et l’élan de la troupe … à quelques mètres des tranchées occupées par l’ennemi.
Le 128ème renforcée par une Cie du 87ème et 2ème Cie du 72ème est chargé de la défense des tranchées. le 1er Régiment du 51ème resté sur ses positions de l’avant-veille, après avoir été chargé d’attirer l’attention de l’ennemi sur lui, par un feu violent ; il a ouvert le feu avant le déclanchement de la contre-attaque.
L’action avait été préparée par une violente canonnade à laquelle avaient pris part les batteries de 120 et de 90 installées à La Renarde et à St-Thomas.
Le brouillard épais n’a pas permis de faire commune l’attaque à l’heure précédente, elle n’a lieu que vers 10 h et dure tout l’après-midi. A la chute du jour 16 h 30, les Cies du 2ème et 3ème Btn sont repliées sur Vienne-le-Château. Seules les Cies du 1er Btn sont maintenues où elles coopèrent à la défense des tranchées.
La Cie du 72ème (bataillon Courmel) est repliée en même temps à l’exception de celle placée en réserve générale.
12 novembre
Attaque par les Allemands du secteur occupé par le 3ème Régiment (saillant nord) vers 13 h.
 
13 novembre 
A 18 h attaque très violente par les Allemands du secteur de gauche occupé par le 2ème Btn, déclenchée à la suite d’une reconnaissance envoyé de notre côté. Fusillade ininterrompue et nourrie pendant une heure. Pas de résultat. Dans le secteur occupé par le 3ème Btn ‘secteur nord), courte et violente fusillade à 18 h. 
 
14 novembre 
Arrivée d’un détachement de renfort de 50 hommes sous le commandement du S-Lieutenant Le Gall.
L’ennemi en profite de la nuit pour pousser … le redan occupé par la 9ème Cie. Vers 12 h 50 quatre bombes ont été jetées en avant du front occupé par la 10ème Cie. Dans le secteur occupé par le 2ème Btn, bombardement par l’ennemi des tranchées occupées par la 5ème Cie.
Dans la nuit fusillades continuelles et violentes vers 18, 21 et 24 h dans ce secteur, particulièrement sur les tranchées occupées par la 8ème Cie.
 
15 novembre
Bombardement partiel par l’ennemi des tranchées occupées par les 5ème et 6ème (secteur de gauche). Dans le secteur nord (2ème Btn) travail de sape très actif sur tout le front. 
16 novembre 
Fusillade habituelle, quelques obus de 105 et 150 allemands sont tombées sur les tranchées des 5èm et 6ème (secteur de gauche)
 
 

Les derniers combats de Nestor CANDILLON

Les 5 et 6 octobre, les 28, 29 et 30 octobre, les 7, 8, 9, 10, 11,12 et 13 novembre, les 18 et 19 novembre. 

SemideLes Pertes humaines seront très importantes : une vingtaine d'officiers et plus de 1600 hommes de troupe.
C'est au cours de cette bataille du Bois de la Gruerie que fut blessé Nestor CANDILLON qui devait décéder dans l'Ambulance.
Son corps repose dans la Nécropole Nationale d'Orfeuil, tombe N° 242
 
Nestor CANDILLON figure sur de nombreuses Plaques et  Monuments
 
02 - Charmes - Vitrail Vitrail commémoratif 1914-1918
02 - Charmes - Plaque, stèle ou monument d'entreprise, d'administration, d'association Plaque commémorative des établissements Maguin
02 - Charmes - Monument aux morts
02 - Charmes - Plaque Commémorative Plaque commémorative
08 - Semide - Nécropole Nationale Nécropole nationale d'Orfeuil
80 - Flesselles - Monument aux morts Monument aux Morts
80 - Pernois - Monument aux morts Monument aux Morts
 
 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 13/01/2016