Citations

ÉTAT-MAJOR ORDRE GÉNÉRAL No 76

1er Bureau Le Général Commandant le 21ème Corps

N° 19191 ch. d'Armée cite à l'ordre du Corpsd'Armée : La 81ème Division Territoriale d'Infanterie

Chargée, sous le commandement du Général Bajolle, de la défense du secteur de Calonne, en a complété l'organisation de la façon la plus heureuse, fournissant en dépit du mauvais temps et d'un bombardement ennemi journalier souvent très violent, un effort remarquable de travail et d'endurance, et donnant un bel exemple de ténacité et de mépris du danger.

Au P. C. le 4 janvier 19L6.

Le Général Commandant le 21ème C. A.

Signé : MAISTRE.

81ème DIVISION

Le 7 janvier 1916.

 

ORDRE GÉNÉRAL N° 86

En portant à la connaissance de la Division l'ordre général N° 76 du 21e C, A, qui cite la Sle Division à l'ordre du Corps d'Armée, le Général de Division adresse à tous les officiers, sous-officiers, brigadiers, caporaux et soldats, l'expression de sa profonde gratitude pour le magnifique effort qu'ils ont donné depuis leur arrivée dans le secteur de Calonne qui leur vaut aujourd'hui ce témoignage si flatteur de la satisfaction du haut commandement.

La 81ème Division est sur le front, en première ligne, depuis le début de la campagne. Elle a déjà un passé honorable et même glorieux. Elle a connu des jours difficiles, mais elle a toujours pleinement répondu à la confiance que le commandement avait mise en elle.

Le Général de Division est fier de commander à une troupe pareille et il compte que tous auront à cœur de maintenir les belles traditions qu'ils ont affirmées depuis le début.

Faire bien c'est prendre l'engagement de faire mieux.

Le Général Commandant la 81ème Division

Signé : BAJOLLE.

ORDRE DU RÉGIMENT N° 53

Le Lieutenant-Colonel Commandant le régiment porte à la connaissance de la troupe l'ordre suivant

de Monsieur le Général Commandant le groupement de Nieuport.

2 février 1915.

Avant de quitter le commandement du groupement de Nieuport, le Général Commandant le 2ème Corps de cavalerie tient à remercier les troupes de la 81ème Division territoriale du concours dévoué qu'elles ont apporté aux troupes actives en assurant la garde des ouvrages de deuxième ligne ainsi qu'à la surveillance et la défense de la côte, en contribuant avec elle sur certains points à la défense des positions avancées et à l'attaque des tranchées ennemies.

Aguerries par ces quelques semaines de lutte et de fatigue elles continueront comme leurs camarades plus jeunes à remplir tous leurs devoirs et à faire généreusement le sacrifice de leur vie pour le service et le triomphe final de la France.

Le Général Commandant le groupement de Nieuport,

Signé : DE MITRY.

Bergues, le 5 février 1915.

 

ORDRE DE LA BRIGADE N° 32

Au cours de la période de 4 mois qui s'est écoulée depuis l'arrivée de la 162ème Brigade dans la région, tous, officiers, sous-officiers et soldats des 14ème et 16ème I. T., ont eu à cœur de donner au sous-secteur dont la défense nous était confiée, la plus grande force, afin de nous mettre à même de résister à toutes les attaques de l'ennemi.

Grâce à un travail incessant de jour et de nuit, sous un bombardement continuel des plus violents on peut dire qu'aujourd'hui ce résultat est acquis.

Tout l'honneur d'avoir fait de la fosse Calonne une véritable forteresse, revient au courage et au sentiment du devoir si élevé, qui caractérisent les territoriaux des deux régiments.

Aussi, le Colonel Commandant la Brigade se fait-il un devoir de leur adresser ses plus cordiales et sincères

félicitations.

Parmi les travaux exécutés on doit distinguer :

1° La conduite d'eau de 800 mètres qui a fait l'objet de l'ordre de la Brigade n" 28.

2e Les abris de mitrailleuses construits sur la première ligne.

3' Le tunnel du Doyen.

Le Colonel Commandant la 162ème Brigade,

Signé : A. BOUCHEH.

 

ORDRE DE LA BRIGADE No 41

Le Général Trumelet Faber vient de succomber à ses glorieuses blessures.

La 162ème Brigade territoriale, qu'il commandait au début de la guerre, le Général Félineau qui connaissait de longue date cet officier général, et tous ceux qui auront pu l'apprécier regretteront profondément la perte de ce chef, au caractère élevé, à l'âme enthousiaste et vaillante.

Il fut, toute sa vie, le Chevalier sans peur et sans reproche.

Depuis 1870 où, à l'âge de 18 ans, engagé volontaire, il traversait audacieusement à Bitche, les lignes allemandes, pour aller recueillir de précieux renseignements, jusqu'au jour de cette campagne, où il tomba cruellement mutilé, on peut affirmer que le Général Trumelet Faber n'eut d'autre idéal que celui de travailler de toutes ses forces à la défense et à la grandeur de sa patrie, ainsi qu'à la restitution de ses provinces brutalement arrachées.

Il ne pouvait donc laisser plus noble exemple du devoir longuement poursuivi et accompli jusqu'au dernier sacrifice, et, quand l'ennemi sera définitivement écrasé, ce qui, à de nombreux indices, est de plus en plus inévitable, notre pensée à tous de la 162ème Brigade, une pensée de reconnaissance se reportera vers ce glorieux et vaillant fils de France, pour le remercier d'avoir ainsi apporté sa large part à la victoire.

Le 18 avril 1916.

Le Général Commandant la 162ème Brigade,

Signé : FÉLINEAU.

 

ORDRE DU RÉGIMENT N° 72

Officier de la Légion d'Honneur CHAALES DES ETANGS, Lieutenant-Colonel commandant le 14ème Régiment Territorial.

Depuis l'ouverture de la campagne actuelle a montré dans les nombreuses affaires auxquelles il a pris part et malgré les difficultés rencontrées, une bravoure et un sang-froid admiré de tous.

Au cours des combats des 10,11 et 12 novembre, a fait preuve d'une belle crânerie et a su garder son régiment dans la main.

Coxyde-Bains ; le 7 avril 1915.

Le Lieutenant-Colonel Commandant,

Signé CHAALES DES ETANGS

ORDRE DU RÈGIMENT N' 81

Monsieur Himii Louis, médecin aide-major de 1reclasse, chef de service du1er Bataillon depuis le début de la campagne, a risqué plusieurs fois sa vie en se portant au secours des blessés, notamment près de

Bienvillers où il essuya le feu des Allemands, puis à Nieuport-Bains, et à Nieuport-Ville pendant le bombardement.

Bergues, le 23 mai 1915.

Le Lieutenant-Colonel Commandant le Régiment)

Signé : CHAALES DES ETANGS ;

 

 

CHARLOCHET François, Edmond, Auguste, Antoine, Stanislas, Lieutenant au 14° Régiment d'Infanterie

Territorial.

Actions d'éclat et citations à l'ordre de l'armée

Cité à l'ordre du 31ème Corps d'Armée, n° 201/8, en date du 5 mai 1918. Officier présent au 14ème depuis le

14 novembre 1914. A toujours fait preuve de courage et de sang-froid partout où le régiment est passé.

Nieuport, Fosse Calonne, Fouconcourt, Tracy-le-Val, etc.

Tué le 6 avril 1918 alors qu'il se tenait à découvert pour surveiller la ligne ennemie et maintenir ses hommes sous un bombardement furieux.

 

ORDRE DU RÉGIMENT N° 81

M. LOCARD Eugène, sous-lieutenant ; alors qu'il était sergent a participé à la traversée de l'Yser le 10 novembre 1914.

Le 11, vers 15 h. 1/2 avec une dizaine d'hommes et le caporal Galmont, a été envoyé en première ligne ; n'a pas hésité à charger à la baïonnette avec son petit groupe d'hommes et a ainsi empêché une mitrailleuse ennemie de s'installer sur le chemin. Poursuivant la charge, il fit un prisonnier avec qui il dut errer toute la nuit dans le but de s'esquiver de la ligne ennemie qui l'entourait. Il put rentrer avec son prisonnier le lendemain matin et le conduisit au Général commandant la 161ème brigade à Nieuport-Ville.

Bergues, le 23 mai 1915.

Le Lieutenant-Colonel Commandant le Régiment,

Signé : CHAALES DES ETANGS.

 

ORDRE DU RÉGIMENT N° 81

M. CONTAMIN Henri, sous-lieutenant. Est resté comme chef de poste au phare situé à l'embouchure de l'Yser du 9 au 30 novembre 1914, malgré plusieurs bombardements et l'offre qui lui avait été faite de le remplacer, a su conserver pendant tout ce temps un ascendant remarquable sur sa troupe par son énergie et son endurance.

Bergues, le 23 mai 1915.

Le Lieutenant-Colonel Commandant le Régiment,

Signé : CHAALES DES ETANGS.

 

ORDRE DU RÉGIMENT N° 81

M. LENAERES Louis-Amédée, sergent, au passage de l'Yser à Nieuport-Bains, les 9 et novembre 1914, a, par son énergie et malgré le nombre croissant de blessés revenant de la ligne de feu, su assurer leur passage sur les bateaux du génie, a fait sonner la charge pour rassembler les hommes et les ramener en ligne.

Bergues, le 23 mai 1915.

Le Lieutenant-Colonel Commandant le Régiment,

Signé : CHAALES DES ETANGS.

 

ORDRE DU RÉGIMENT N° 41

Le 2 décembre 1914.

Le Lieutenant-Colonel commandant le 14ème régiment territorial d'infanterie, porte à l'ordre du régiment

L'ordre général suivant :

« Le caporal PHILIPPE cité à l'ordre du jour de l'une de nos armées dans des conditions qui ont été antérieurement relatées, a succombé à ses blessures.

Etant chef de patrouille, il avait fait abriter ses hommes puis avait continué à avancer seul sous le feu de l'ennemi. Grièvement blessé il avait eu l'énergie de venir rendre compte de sa mission et était mort en disant : Que voulez-vous, mon Lieutenant, il fallait que quelqu'un y aille, je suis content d'avoir fait mon devoir. »

Le Commandant du régiment ayant écrit à Mme Philippe pour lui faire part, de la mort héroïque de son mari, a reçu la réponse suivante :

Paris, le 17 novembre 1914.

Monsieur le Commandant,

Je vous remercie bien sincèrement de la part que vous venez de prendre à ma grande douleur et je vous suis reconnaissante de m'avoir fait prévenir de la mort glorieuse de mon cher disparu.

Je vous dirai aussi que de savoir qu'il est mort comme tout Français doit mourir, est un peu d'apaisement à mon grand chagrin et vous pouvez être sûr que si sa tâche à lui est terminée en mourant pour notre mère Patrie la France, que moi sa compagne je n'aurai qu'un seul but à mon tour, c'est de faire de ses deux petites filles des femmes dignes des futurs Français et saurai dans l'avenir leur apprendre à vénérer leur papa.

Sachez aussi, Monsieur le Commandant, que nous ne pouvons si nous en souffrons qu'admirer son geste car s'il fallait à l'heure qu'il est un régiment de femmes, c'est par mille que l'on pourrait compter leur enrôlement, moi en première.

Recevez donc, Monsieur, nos sincères remerciements et grands respects.

La femme d'un brave,

Signé : Marcelle PHILIPPE.

 

ORDRE DU RÉGIMENT No 81

LEGRAND Louis-André, soldat. A mis hors de combat plusieurs ennemis qui venaient de blesser mortellement son capitaine, le 10 octobre, au combat de Monchy-aux-Bois, puis a traversé le village en abattant encore d'autres ennemis.

Bergues, le 23 mai 1915.

Le Lieutenant-Colonel Commandant le Régiment.

Signé : CHAALES DES ETANGS.

ORDRE DU RÉGIMENT N° 81

HALTER Charles-Louis, soldat, Mie 4229.

« Dans la nuit du 29 au 30 août 1914 s'est offert spontanément à aller reconnaître sur la route une voiture qu'on supposait être une automitrailleuse.

Le 9 octobre, à Hannescamps, placé en sentinelle en terrain découvert sur la route de Hannescamps à Fompuvillers, est resté à son poste malgré un violent bombardement et a pris de sa propre autorité le commandement du groupe où il se trouvait.»

Bergues, le 23 mai 1915.

Le Lieutenant-Colonel Commandant le Régiment,

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 17/01/2016